Accueil   >   Espaces utilisateurs   >   Mon espace santé   >   Calendrier de déploiement en Occitanie   >   La généralisation de mon espace santé dans la région

La généralisation de mon espace santé dans la région

Mon espace santé va se généraliser dès 2022 : étape clé dans le virage numérique en santé, afin de transformer le parcours de soins des assurés pour mieux soigner et prévenir. 

Réception des notifications de mon espace santé

A partir de février 2022, Mon espace Santé se généralise sur toute la France : chaque usager pourra ainsi disposer de son propre espace santé. 

C'est donc tous les bénéficiaires d'un régime d'assurance maladie qui seront notifiés, par mail ou par courrier. C'est donc plus de 65 millions de notifications qui seront envoyées. 

L'envoi des notifications s'étale du 31 janvier au 28 mars 2022, avec des envois de notifications tous les jours ouvrés aux usagers pour l'activation de mon espace santé. Ces envois seront réalisés progressivement par départements selon leur numérotation, dans un ordre croissant. 

Parallèlement à ces envois quotidiens durant la phase de généralisation, des notifications seront également envoyées une fois par semaine pour les nouveaux bénéficiaires de Mon espace santé (nouveaux-nés par exemple). 

Le courrier et l’e-mail contiennent les mêmes informations :

  • Une présentation de Mon espace santé et de ses fonctionnalités
  • Le code provisoire nécessaire à l’activation ou l’opposition du service Mon espace santé.

 

Un accompagnement spécifique pour les plus éloignés du numérique est déployé. Ainsi, pour limiter au maximum l'exclusion numérique, dess partenariats sont mis en place entre les acteurs « santé » et les acteurs de l’inclusion numérique. 

 

Une phase pilote en Haute-Garonne

La Haute-Garonne a été pilote dans l'usage de Mon espace santé. 

Ainsi, dès la fin du mois d'août, plus de 1 millions de personnes vivant dans ce département ont reçu une notification pour activer mon espace santé. Cette phase pilote a également concerné les départements de la Somme et de la Loire-Atlantique. Avec ces 3 départements pilote, c'est 4 millions d’usagers qui ont testé au quotidien les services du Dossier Médical Partagé et la messagerie sécurisée entre les professionnels de santé et les usagers. 

Pourquoi faire une phase pilote ? Cela permet à la fois d’amorcer les usages et de les observer. Tout au long de cette phase pilote, les remontées des usagers et des professionnels de santé permettent d'adapter et faire évoluer le service. Cela prépare la phase de généralisation. 

La Haute-Garonne a été choisie pour sa diversité des populations :

-  populations à la fois rurales et urbaines

-  ressortissants du régime général de la sécurité sociale ou ressortissants de la MSA

- diversité d’implantation du DMP ou des messageries sécurisées, ce qui  permet d’être confronté à une diversité de retours techniques (processus d’enrôlement, création automatique, navigation), ainsi qu’à différents motifs de sollicitations de la part des usagers ou des professionnels de santé.

 

 

Les retours de la phase pilote

Du août au 15 septembre, pour les 3 départements pilotes, ce sont plus de 3,5 millions de notifications qui ont été envoyées. Ces notifications ont été envoyées par mail principalement (75 %). 

Suivi des comptes : 
Suite à ces notifications, 98 % d'espace santé ont été créés, ce qui représentent environ 3,3 millions de comptes créés, (dont 160 000 cactivés par l'usager). 
Le taux d'opposition a été de 0,69 %, ce qui représente environ 23 000 comptes où l'usager s'est opposé à la création de son espace santé. Par ailleurs,le taux de fermeture est de  0,03 %, ce qui correspond à 1100 comptés fermés. 

Usages :

53 % des usgers ont ajouté des mesures (poids, taille, pression artérielle, fréquence cardiaque, glycémie, etc.)
Plus de 5 % ont ajouté des documents pour un suivi santé. 
Enfin, on comptabilise  plus de 1000 messages reçus par l'usager, et plus de 700 messages émis par celui-ci en réponse à son professionnel de santé. Ces échanges par la messagerie concernent des envois d'ordonnance, des consignes pré-opératoires, des demandes d'informations médicales par exemple. 
 

La phase pilote de mon espace santé a permis d'avoir des retours sur son utilisation :

- un vif intérêt pour alimenter cet espace santé pour les usagers
- une réelle envie de collaborer, et de s'équiper en solution logicielle compatible avec mon espace santé, de façon à alimenter le dossier médical partagé de façon sécurisée. 
- un réel intérêt pour la messagerie sécurisée de santé pour faciliter et sécuriser les échanges avec les patients. Cette messagerie a permis de tester des envois d’ordonnances après résultats examen, des lettres de liaison vers les confrères, des recommandations de suivi traitement. 
- intérêt de consultation de MES relevé pour les patients non connus du cabinet​ ​

Des attentes sont néanmoins attendues pour la phase de généralisation, notamment sur la messagerie citoyenne et son utilisation. Des clarifications et un cadrage sont nécessaires pour la phase de généralisation. 

La phase pilote de mon espace santé a permis d'avoir des retours sur son utilisation :

- une utilisation simple et fluide
- grande utilité pour stocker et faciliter la conservation des données de santé, ou de partager ses données de santé avec les professionnels de santé. 
- l'espace de santé rassure l'usager car il facilite le parcours de soin
- il facile également les échanges avec les établissements de santé et les professionnels de santé. 

Le retour est donc clairement positif. Les usagers ont apprécié la facilité pour activer cet espace santé etson ergonomie. 

Cette phase pilote a également permis de faire un retour sur quelques dysfonctionnements, qui seront corrigés pour la phase de généralisation. Ces dysfonctionnements concernent notamment les envois de notifications décalées parents/enfants ; les mails qui peuvent être recus dans les spams ; ou bien des numéros de carte vitale illisible.
Notez que vous pouvez appeler le 3422 si vous rencontrez des difficultés à activer ou accéder à votre espace santé